Menu

Si vous souhaitez faire partager votre histoire, n'hésitez pas à nous faire parvenir votre témoignage à l'adresse ci dessous:
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

LORIS

En ce moment même ou je vous écris, je sers fort dans mes bras, mon petit Manoé, 2 mois et demi, je l'aime tant............ oui mais....... il me manque son frère jumeau Loris........ comment faire pour ne pas imaginer que dans ces moments là j'aurai dû serrer mes deux bébés dans mes bras !

Mon histoire, notre histoire débute le 15 novembre 2012 lorsque 2 petits spermatozoïdes ont rencontrés mes 2 petits ovules. Une si belle rencontre..............ses longs mois d'attente, de traitements, finirent enfin à payer.

Bizarrement j'avais mis très longtemps à me décider à reprendre les traitements pour tomber enceinte. je voulais attendre, voire si j'étais capable de faire un enfant sans aide......mais à force d'attendre, j'ai fini par me résoudre que je n'avais malheureusement pas le choix. Si on veux un deuxième enfant il fallait en passer par là!!! ma gynéco m'avait prévenue mais il fallait que je vois par moi même pour m'en convaincre...

Lorsque je suis tombée enceinte c'était magique, tellement heureuse... J'ai eu ma première écho à environ 3 semaines de grossesse. quelques jours avant je n'arrêtais pas de dire à mon mari, oh là là si ça se trouve il y'en a deux!!! j'étais beaucoup plus fatiguée que pour ma première grossesse et un peu nauséeuse.

Le jour de l'écho en rentrant dans le cabinet de ma gynéco, je lui dis, je me demande sil y'en a pas deux??? et elle me dit on va regarder ça tout de suite...."alors voilà l'utérus, et le petit haricot" et là elle me regarde et me dit et oui regarde il y en a bien un deuxième derrière!!! waouh.....les larmes me viennent. depuis tout ce temps qu'on attend, la nature a décidé de se faire pardonner et de nous gâter! c'est magique!

Un peu peur quand même, on va passer de 3 à 5 à la maison. Elle me dit que vu le taux de la prise de sang rien ne pouvait présager une gémellaire.......en sortant j'appelle vite mon mari et là il est un peu abasourdi et le téléphone coupe....plus de batterie. Le soir, on en discute et on rigole, ça nous fait peur, toute cette réorganisation qu'il va falloir prévoir....changer la voiture, acheter 1 lit supplémentaire, 1 poussette double, etc.....sur le coup on pense matériel mais dans le fond on est si heureux! un relan de bonheur, une vie nouvelle qui commence....

Nous sommes en décembre, on décide de l'annoncer à Noël à la famille et au 1er de l'an aux amis. Le soir du réveillon de Noël, avant de partir, je vois mon mari qui prend une bouteille de champagne, et là je dis "mais qu'est ce que tu fais, le champagne c'est quand ils seront nés pas avant... "ça porte malheur. Et il me dit qu'on l'avait fait pour Eden (notre premier) alors il n'y a pas de raison. Je ne répond pas mais au fond de moi je suis un peu fâchée mais bon...

Le lendemain pour l'annonce à sa famille pareil, champagne! tout le monde est si content pour nous. Et nous, on est tellement fier d'annoncer des jumeaux!

Le soir du réveillon de l'an, c'est à nos copains que l'on annonce la grossesse. C'est l'euphorie, tout le monde savait que c'était compliqué pour nous alors tout le monde est ravis. Avec mes amies on soupçonne l'une d'entre nous de nous cacher qu'elle est enceinte... c'est bizarre elle ne boit pas d'alcool, elle mange sa viande super cuite alors que d'habitude non....elle regarde si le fromage est pasteurisé. On est pratiquement sur, alors on la charrie mais rien, elle nous dira rien! ce soir là j'ai eu comme un premier pressentiment, je me suis dit que c'était peut-être elle qui avait raison de ne rien dire. Et puis après je me suis dis après tout il n'y a pas de raison...

Fin janvier, première hospitalisation, grosse douleur dans le bas ventre...j'ai cru que c'était fini....que mes bébés s'en allaient. Mon médecin m'a envoyé direct au bloc obstétrical pour faire des examens. Ils n'ont rien trouvé d'anormal mais m'ont gardé une semaine car prise de sang mauvaise. Avec du recul je me dis que la nature avait peut-être voulu les faire partir car elle savait elle.

Je suis arrêtée sûrement définitivement, ma gynéco m'avait prévenue de toute façon qu'avec une gémellaire, ils ne prennent pas de risque! coup de massue quand même car je n'avais pas prévue ça pour mon boulot, tout est resté en plan et je risque de ne pas y retourner. J'envoie alors un message à tout mes collègues pour leur annoncer car je l'avais juste dit aux plus proches mais pas aux autres.

Je suis alors enceinte de 2 mois et demi. A mon rdv suivant ma gygy m'envoie chez un échographiste spécialiste des gémellaires.. En y allant avec mon mari, je ne me sens pas bien dans la voiture. J'angoisse, j'ai peur......je n'ai jamais ressentie ça pour ma première grossesse; je ne comprends pas....je devrais être contente d'aller voir mes loulous sur écran, ils ont dû grossir.

Mon mari d'ailleurs me dit d'arrêter que je suis chiante à stresser comme ça!  tout se passe bien, tout est normal, il a bien pris son temps de regarder les deux....c'est parfait. OUF......je ressors avec un poids en moins........Mon mari veut commencer à chercher une voiture, beh oui notre petite Ford focus pourtant que j'aime beaucoup sera malheureusement dans l'incapacité d'accueillir nos 3 enfants et tout le matériel dont nous aurons besoin. Une fois de plus je lui dit d'attendre......rien ne presse.......mais il s'énerve et me dit tu ne vas pas recommencer? comme tu vas sûrement accoucher plus tôt vu qu'il y a deux bébés vaut mieux s'y prendre à l'avance!

Les jours passent, je suis en arrêt, je m'occupe des papiers car au bout de 3 mois d'arrêt je perdrai la moitié de mon salaire et comme nous avons un prêt maison à payer, je m'occupe des dossiers d'assurance......qu'est ce que c'est compliqué cette paperasse, il manque toujours des choses.... Trois mois et demi de grossesse, écho de contrôle simple chez ma gynéco, mon mari vient avec moi, on veut connaître le sexe....je croise les doigts, j'aimerai bien une petit fille! au moins une. Alors surprise, premier bébé, regardez nous dit-elle, on voit bien.... beh oui un petit ZIZI !!! c'est un garçon.....deuxième bébé, mon cœur bat la chamade.....allez allez une fille! elle nous montre et là encore on voit bien, et oui un autre garçon. Des jumeaux !!! vous allez pourvoir monter une équipe de foot nous dit-elle !

En sortant, j'ai versé ma petite larme, le fait qu'il n'y ai pas au moins une fille. J'allai me retrouver seule fille parmi tout ces mecs à la maison...Et oui sauf que maintenant avec du recul et avec tout ce qui c'est passé je peux vous dire que si c'était à refaire, je sauterai de joie au plafond simplement de savoir qu'ils seraient en bonne santé...

Arrive le rdv du quatrième mois, le 7 mars jour de mon anniversaire, jour bien particulier car nous avions rdv à 11h chez le neurologue pour Eden (notre premier garçon) qui avait un contrôle, il est suivi pour des soucis neurologiques. Un peu anxieuse de l'évolution, nous en ressortons avec un bilan psychomoteur à faire mais le reste n'a pas évolué.

Puis l'après midi rdv à 15h pour l'échographie....Comme l'écho précédente, état de stress intense......tout le long de la route, je ne suis pas bien. Dans la salle d'attente, l'échographe arrive de suite et nous dit que nous avions RDV à 14h30 et non à 15h!!! SUPER, je ne loupe pourtant jamais un rdv, c'est bizarre....

Il accepte de nous prendre quand même. Me voilà sur la table, la télé en face avec mes 2 bébés à l'écran, il commence, prend toutes les mesures en détail, clarté nucale normale pour les 2; tout est bien, puis tout à coup il ne dit plus rien, il s'attarde sur les pieds de J1 (jumeau 1 comme il dit), il ne parle pas, et là sans nous regarder, ils nous dit c'est ses pieds, il y'a un soucis, ils sont varus équin.... QUOI??? c'est quoi ce truc???? les pieds bots plus familièrement. Les larmes commencent à monter et ma gorge à se serrer et il me dit mais vous savez "il y'a plus grave" ça se soigne!

il revérifie toutes ses mesures et nous dit que la malformation est isolée mais à vérifier sur une prochaine écho. Je me rhabille mais il nous dit qu'il appelle quand même le CHU de niveau 3 pour être sur et pour savoir s'il ne vaut mieux pas faire une amniocentèse. Le médecin n'est pas disponible de suite pour lui répondre, il doit la rappeler et nous convenons qu'il nous rappelle lui aussi...il nous explique que les pieds bots se soigne très bien maintenant avec des opérations, des plâtres, des atèles, et qu'il pourra sûrement marcher normalement à ses 2 ou 3 ans!

En sortant, je m'effondre, je pleure, je pleure..........pourquoi nous, pourquoi notre bébé ne serait pas comme les autres! Le soir comme c'est mon anniversaire, nous recevons ma famille et la famille de mon mari, je dit à mon mari d'annuler que je ne veux voir personne, mais lui ne veut pas, il me dit que ça ne changera rien ! je n'ai pratiquement pas parler de la soirée, pas envie, rien à dire et surtout cette angoisse, ce truc au fond de moi qui me dit il y'a quelque chose qui ne va pas............

Deux jours plus tard, l'échographe me rappelle et me dit que le médecin du CHU lui a dit pas amniocentèse pour l'instant les autres mesures sont bonnes et comme c'est une gémellaire on ne prend pas de risque supplémentaire, risque de perdre les 2 bébés, il m'explique qu'on attend la prochaine écho. OK que dire de plus, j'essaye de leur faire confiance je me dis que tant mieux, ce sera dur avec mon premier fils qui est suivi régulièrement pour ses soucis et des jumeaux à s'occuper dont un aura les pieds bots, je serai régulièrement à l'hôpital pour lui pour ses plâtres et kiné tout les jours mais on y arrivera!

je suis forte et je ferai tout pour mes enfants! Mon mari lui refuse d'en parler comme si pour lui avoir un enfant pas comme les autres c'était impensable. Pendant 1 mois en attendant la prochaine écho, je fouine sur le net tout ce qui se raconte sur les pieds bots, je discute avec des mamans sur les forums....... j'essaye de penser à autre chose mais au fond même quand j'en parle à mes amies, bizarrement je suis toujours assez négative!

Et nous y voilà, l'écho du 5ème mois, nous sommes le 3 avril, c'est ce jour là que notre cauchemar à vraiment commencé. Rdv à 14h, nous arrivons au cabinet mais c'est fermé, l'échographe arrive avec 10mn de retard et mon mari pour plaisanter et détendre l’atmosphère lui dit vous avez vu cette fois ci nous sommes à l'heure nous... Je ne rigole pas vraiment, je suis hyper tendue, j'ai les jambes qui tremblent........je monte sur la table et ça commence, les échos gémellaires sont longues, il prend toutes ces mesures et ne dit rien.....je regarde mon mari avec un petit soulagement, puisque nous arrivons à la fin de l écho et qu'il ne nous a rien dit d'anormal . et là tout à coup comme la fois précédente sans nous regarder il dit c'est bizarre quand même....

Je crois que là mon cœur s'est arrêtée, ce truc qu'on ressent d'un coup, comme si tout s'arrêtait autour. Il nous explique qu'il y a toujours les pieds bots mais que d'autres anomalies sont visibles, il y a les os propre du nez court pour les 2 bébés ce qui peut laisser penser à une trisomie, et un hydramnios (excès de liquide amniotique) qui peut présager une malformation digestive ! Et là il nous dit que l'on ne va pas avoir le choix, il va falloir passer une amniocentèse en urgence et surtout faire attention car je risque de perde les 2 bébés.

Il nous fait signer plein de papier, je ne sais pas ce que j'ai signé car je n'arrivais même pas à lire quoi que ce soit ! Mon mari m'a dit que c'était l'accord de passer notre dossier en staff , Il appelle à droite à gauche, et je suis tellement sonnée que je ne me souviens plus de tout. Mon mari a posé la question pour savoir si seulement un des bébé était atteint comment ça se passait........et là il nous a expliqué qu'on pouvait faire une interruption sur un seul bébé mais très risqué......

Les amniocentèses sont normalement tous les lundis mais il décide avec notre accord de me la faire dès le jeudi en urgence car je suis déjà à 23 SA, il m'hospitalise car avec l'hydramnios je risque une rupture des membranes et avec l'amniocentèse en plus c'est ULTRA risqué ! Le jour de l'amniocentèse, tout s'est plutôt bien passé, il s'y est repris à 2 fois pour un des bébés qui manquait plus de place ! Puis après 48h en observation à l'hôpital je suis rentrée chez moi pour le week-end avec ordre de ne pas trop bouger et de rester allongée le plus possible.....pratique en plus avec mon premier qui demande beaucoup d'attention aussi !

Le lundi, seulement 3 jours après, la secrétaire du médecin du CHD m'appelle, nous sommes convoqués le soir et là je sais..........j'ai compris....j'ai pleuré toute la journée...... En nous voyant le médecin tirait une tête d'enterrement elle nous dit de nous asseoir, et nous dit vous vous doutez que si je vous convoque c'est que je n'ai pas de bonnes nouvelles!  le trou noir, le mutisme.......l’impossibilité de parler.......elle nous explique que les premiers résultats sont arrivés, il y a une trisomie sur J1 + pieds bots + malformation digestive et hydramnios ! Le staff des médecins ont donné leur accord pour faire une ISG interruption sélective de grossesse sachant qu'avec cet acte je devrais continuer de porter mon bébé mort jusqu'à l'accouchement des deux ! De plus je risque de perdre les deux !!!! tout s'écroule, nos projets, notre nouvelle vie à 5, notre bonheur d'avoir ces 2 bébés........ Que faire ??? Si je ne fais pas l'interruption, je risque de perdre les deux puisque l'hydramnios continuera d'augmenter et de provoquer la rupture des membranes et donc l'accouchement, A ce terme deux grands prémas avec les risques que cela entraîne, séquelles sévères ou mort puisqu'à partir de 25 SA obligation de réanimation, J'en suis à 24 ! On sait aussi que J1 sera lourdement handicapé avec ses différentes malformations et sa trisomie. Si je fais l'interruption, je risque également de perdre les deux, la mort de J1 peut provoquer la mort de J2, ou bien pareil peut provoquer la rupture des membranes. Alors quoi que je fasse, je risque de toute façon de les perdre tous les 2......

Que faire, nous avons beau le tourner dans tous les sens, je n'y arrive plus........ je ne peux pas me décider !  Le lendemain, un appel de ma gynéco me disant Gaelle tu n'as pas le choix, si tu ne le fais pas, tu vas perdre les deux.....je crois que c'est elle qui a provoqué un déclic en moi, à cet instant je me suis arrêtée de réfléchir et de poser des « si » devant toutes mes phrases.......;j'ai donc pris cette terrible décision, la pire de toute ma vie, celle de laisser partir mon ange pour apaiser ses souffrances, et de donner une chance à mon deuxième bébé de VIVRE !!!!

Quelle personne suis-je pour décider de la vie ou de la mort ??? Suite à cela j'ai dû signer les papiers comme quoi moi Mme BALLANGER-JOUANNET, je décidais de l'interruption de grossesse sur J1, Pourquoi seulement la mère doit signer ce papier ??? ne sommes nous pas assez coupable ??

La semaine suivante à 25SA, je me rendais au CHU pour subir l'interruption, le trajet fut sans parole, la gorge nouée, comment accepter cela!!!tout le long de la route je me suis dit et si seulement en arrivant là-bas, on pouvait nous dire que c'est une erreur, qu'ils se sont trompés de dossier.  On m'a installé dans une chambre, on m'a administré un truc pour me shooter, je me suis allongée sur le lit et je devais attendre environ 2h que le comprimé agisse. J'étais sur ce lit, complètement prostrée à regarder par la fenêtre ! Et puis, une sage-femme est entrée, le temps s'est arrêté à ce moment là.......on y va!

J'avance dans ce long couloir, le couloir de la MORT !!!! j'ai beau être shootée par les médocs, je sais où je vais....... ; J'arrive dans une pièce où je dois enlever mes vêtements, on me demande de mettre la chemise, la charlotte , le masque, puis je rentre dans le bloc. Je m'allonge sur la table, c'est horrible, comment faire pour tenir?  Une sage femme s'approche, me caresse les cheveux et me dit si vous devez pleurer ou craquer Madame c'est maintenant, après on va avoir besoin de vous, vous ne devrez plus bouger.  et là je craque, je pleure, j'ai juste envie de crier, hurler et m'enfuir en courant ou bien m'endormir pour ne plus sentir cette douleur au plus profond de moi. Personne ne peux m'aider ....

on me redonne un truc pour me shooter (je ne sais pas ce que sais) mais même avec tout ces trucs pour me shooter, la réalité est toujours là! On va y aller Madame, allez on souffle et on ne bouge plus...la sage femme continue de me caresser les cheveux et de me parler doucement pour me rassurer.....mais comment pourrait-elle me rassurer, c'est impossible! on est en train d'arrêter le cœur de mon bébé....... Je le sens qui bouge, il me donne des coups de pieds, de plus en plus fort, comme s'il se débattait et voulait me dire, NON, vous ne pouvez pas me faire ça.....et puis plus rien.......c'est fini !!!!! Voilà Madame, c'est terminée, tout c'est bien passé!  quoi tout c'est bien passé, mais qui sont-ils pour pouvoir me dire ça.......ça c'est bien passé !!!! et oui pour les médecins, une interruption de grossesse de plus mais pour moi c'est mon fils, mon enfant, ma chair qui vient de s'envoler !

On me ramène dans ma chambre où le papa attend....je n'arrive même pas à le regarder, ni même à parler.....j'ai juste l'impression à cet instant de n'être qu'une meurtrière, d'avoir tué mon bébé.... Je dois rester sous surveillance le reste de la journée, en fin d'après-midi, la sage femme revient pour m'amener faire une écho. Pour quoi faire j'ai demandé ?? pour voir si le cœur de votre bébé a bien cesser de battre !!!! ouah!!!!! mais c'est terrible !!! Je demande à ne pas voir l'écran, c'est juste insupportable pour moi !!!!

C'est bon vous pouvez vous rhabiller, J1 a bien cessé de vivre et j2 va bien! vous pouvez rentrer chez vous !

Voilà, je rentre chez moi comme si de rien n' était ....juste je porte la MORT et la VIE et voilà! c'est terrible je n'ai pas pu me regarder dans une glace pendant plusieurs semaines, voir mon gros ventre tout en sachant que J1 était décédé !

Puis comme les semaines passaient, je reprenait espoir, cet ESPOIR de voir que mon autre bébé ce petit battant s'accrochait, chaque semaine de gagné était une victoire ! Et puis je ne réalisais pas non plus....;je ne réalisais pas que J1 était décédé puisqu'il était toujours là aux côtés de son frère. Comment lui pouvait percevoir les choses ces 5 mois passés ensemble, à écouter le cœur de son frère, à se chamailler un peu de place et un petit coin de ventre de maman, que ressentait-il? Je me l'imaginais dans ma tête dire à son frère eh oh réveille toi !!! pourquoi tu ne joues plus avec moi ???

Une semaine après l'interruption, je devais repasser une échographie, il était impossible pour moi de regarder mes bébés, J1 dcd et J2 triste ! Et j'avais tellement peur que l'on puisse me dire que J2 n'allait pas bien! J'étais suivie à domicile par ma super sage femme 2 fois par semaine et puis hospitalisée toute les semaines pour effectuer des bilans, des échographies, etc.... comme j'avais énormément de contractions et que je risquais à tout moment d'accoucher !!! mon col s'étant raccourci également ! J'ai été hospitalisé plusieurs fois pour des injections de progestérone afin de couper les contractions et des corticoïdes pour développer les poumons de bébé au cas où il arriverait.

Mi juin, je ne sais pas pourquoi là encore ce pressentiment me disant que j'allais accoucher, je savais que d'ici quelques jours mes bébés allaient naître.

Le 16 juin fête d'école d'Eden, j'avais dit que je ferais tout pour y aller au moins voir le spectacle de mon loulou.  J'y suis allée pas longtemps car je sentais les contractions reprendre, je suis vite rentrée à la maison mais mon fils était si content que j'ai pu au moins aller à son spectacle, c'est tout ce qui comptait.

Le 19 juin, lorsque ma sage femme est venue me faire mon monitoring, je lui ai dis que je pensais que j'allais accoucher, elle m'a répondue allez Gaelle tu as tenue bon jusqu'ici, il faudrait tenir encore 2 semaines mais au fond de moi je savais que c'était maintenant ! Au monitoring elle a bien vu que les contractions étaient plus fortes que d'habitude et plus fréquentes mais comme elle n'étaient pas régulières elle ne s'est pas trop inquiétée. Elle m'a quand même dit d'aller au bloc le soir si je voyais que ça continuait. Le soir vers 23h, j'ai appelé mon mari pour qu'il rentre, il était parti dîner au restaurant avec des fournisseurs. Nous nous sommes donc rendu au bloc où ils m'ont ausculté, col ouvert à 2mm, ils m'ont donc hospitalisée de nouveau et mise sous perf de tractocyl pour essayer de bloquer le travail mais en me précisant bien qu'ils n'étaient pas du tout sur que ça puisse marcher. Il était environ 2 heure du matin je crois avant qu'il me transfère dans une chambre, j'ai donc dis à mon mari de rentrer car il travaillait le lendemain.

Pendant la nuit j'ai mal dormi mais comme à chaque fois que j'étais à l'hôpital.....Le lendemain 20 juin 2012, j'ai eu droit au monitoring pour voir si les contractions avaient diminuées.....effectivement le produit avait plutôt l'air de faire effet !!! mais dans ma tête encore une fois quelque chose me disait que c'était pour aujourd'hui ou peut-être demain mais je le sentais !!!! Ma maman et ma sœur sont venues me voir entre midi et deux, mon mari est arrivé également car nous avions enfin notre RDV avec la cadre sage femme pour faire notre projet de naissance...un projet de naissance car pour nous il était important de préciser beaucoup de choses. Mon mari ne souhaitait pas assister à l'accouchement de Loris. Iil fallait donc que les sages femmes soient au courant, tout comme il ne souhaitait pas le voir alors que moi oui. Tout ça fut pris en compte par la cadre sage femme.

Vers 15h, mon mari repartit travailler, me laissant me reposer. Je me sentais très fatiguée.... Vers 17h de fortes contractions me réveillèrent. Comme j'étais toujours sous perf de tractocyl pour bloquer les contractions, j'ai préféré appeler la sage femme pour lui signaler, Elle me mit donc le monitoring pour vérifier si les contractions étaient régulières..... elle revint 1/4h plus tard, et me précisa que les contactions n'étaient pas régulières mais visiblement assez fortes. Elle m’ausculta, j'avoue que je stressais un peu. Elle me regarda « vous êtes dilaté à 3, le travail a commencé, on ne peut plus rien faire pour bloquer le travail. Elle partit appeler le bloc pour les prévenir et mon mari. Lorsqu’elle revint me chercher pour me transférer au bloc, elle me dit qu'elle n'avait pas réussit à joindre mon mari.

18h, transfert dans une chambre de travail au bloc, on me remet un monitoring, le travail commence juste Madame mais ce sera pour aujourd'hui ! je me suis mise à pleurer, c'était trop tôt, trop tôt pour mon petit bébé à 7 mois de grossesse, il allait être tout petit !!! et puis je savais que ce serait la fin, que j'allais devoir dire à tout jamais au revoir à mon autre bébé, j'allais pouvoir les rencontrer tout les deux mais comment j'allai pouvoir gérer cet ambivalence de sentiments...la joie, la tristesse !!!

18h 15, de plus en plus mal, j'étais seule dans cette pièce, je m'accrochais aux barreaux du lit tellement j'avais mal.

18h30, j'appuie sur la sonnette, j'en peux plus !!! la sage femme arrive, elle regarde le monitoring et me dit que les contractions sont fortes mais pas régulières donc elle pense que c'est le stress vue mon histoire, elle essaye alors de me parler, de me calmer, elle me dit aussi qu'elle a réussi à joindre mon mari mais qu'il allait lui falloir un certain temps pour arriver car il était à 1h de route.

Je lui dis que j'ai vraiment mal, elle me remet alors le monito pour quand même être sur qu'il n'y est pas une souffrance puis elle repart.

18h55, je commence à hurler de douleur, elle revient donc me voir et me dit qu'elle va devoir m’ausculter pour voir où en est le travail. Mon mari entre dans la pièce au même moment. Je n'arrive même pas à lui parler tellement je hurle de douleur. J'ai juste le temps de voir qu'il est en nage, il a roulé très vite me dit-il en stressant tout le long de la route.... Je hurle de plus belle, la sage femme me dit mais vous êtes dilatée à 10, elle crie pour appeler ses collègues pour qu'elle vienne de suite, je suis en train d'accoucher.... Ne poussez pas Madame, calmez vous.....mais je crie de plus belle, je ne veux pas, pas maintenant, je ne suis pas prête.....je ne suis pas prête a laisser naître mes bébés.....pas prête à dire au revoir pour toujours.... Je crie de douleur, mais quelle douleur, est-ce vraiment la douleur physique ???

Je vois une dizaine de personnes autour de moi qui court dans tous les sens et qui crient... « - il faut un médecin vite.... comme c'est une gémellaire, il y a des risques !!! « - il faut appeler la néonat et le pédiatre, elle est a 7 mois!!! « - ne poussez pas Madame » « mais je ne peux pas il arrive! » Ils n'ont même pas eu le temps de me poser sur la table que la tête sortait !!!!

19h04 Ça y est Madame, votre bébé est là !!! je l'ai entendu pleurer......quel soulagement de l'entendre pleurer !!! ils me l'ont montrer et l'ont vite amené pour lui faire ses soins et le mettre en couveuse.  Qu'allait-il se passer maintenant, l'accouchement n'est pas terminé, il y a mon deuxième bébé. Je ne veux pas pousser, je ne veux pas.......il est bien là au chaud, là où je peux encore le protéger, le sentir. Une sage femme vient me demander comment s'appellera ce petit bébé qui vient de naître ? Manoé, c'est un tout petit garçon de 1kg690, il a pu respirer seul grâce aux injections de corticoïdes que j'avais eu durant ma grossesse et qui lui ont permis de développer ses petits poumons plus rapidement;

Elle revint me voir avec mon mari et mon petit Manoé dans sa couveuse. Il était tout petit mais si beau, et puis surtout il était là bien vivant !!! j'avais failli le perdre lui aussi mais c'était déjà un champion !!! je le vis très rapidement à travers le plastique de sa couveuse, il devait vite le transférer en néonat pour lui faire ses premiers soins de bébé préma !!! il allait être branché de partout (sonde gastrique, perf, monitoring, saturation, etc...)

Le médecin regarda l'heure et me dit « il faut y aller Madame maintenant » votre deuxième bébé doit venir au monde !!! » venir au monde oui mais en silence !!! jamais il ne poussera son premier cri !!! jamais je ne verrai ces petits yeux s'ouvrir !!! jamais il ne respirera......

Il était 19h24, lorsque mon ange est né, j'ai poussé quelque coups et rapidement il est venu, lui n'a pas pleuré, moi j'ai hurlé, hurlé et pleuré toutes les larmes de mon corps de le laisser sortir pour devoir non pas lui dire bonjour bienvenue parmi nous petit Loris mais « au-revoir ! » La sage-femme parti avec lui, pendant que le médecin me faisait mes soins ! Puis après quelques minutes elle revint avec quelques photos de Loris pour me demander si je souhaitais le voir réellement ? bien sur que je voulais le voir ! Elle revint avec mon ange, il était vêtu d'un petit nid d'ange vert, il était tout petit 590g, il était si beau, il ressemblait à ses frères.

La même forme d’œil, le même petit bout de nez . Je l'ai serré dans mes bras, c'était bizarre.......il était encore tout chaud!Puis la sage femme me laissa avec lui..... j'étais là avec mon bébé mort dans les bras. Ca ne pouvait pas être vrai, je suis resté longtemps comme ça sans bouger, je lui ai dis combien je l'aimais, combien il allait me manquer. Je ne voulais pas que ça se passe comme ça ,  j'aurai tellement voulu faire plus ! Au bout d'une demie heure je crois, la sage femme est revenue pour le chercher, je ne voulais pas qu'elle le prenne, et qu'elle me sépare de lui !!! c'était si dur !!! Au revoir mon ange, maman t'aime, t'aime si fort.....

Notre petit Loris fût enterré quelques jours plus tard dans l'intimité familiale, Depuis, pas un jour ne passe sans que je pense à lui, sans qu'il me manque !!!

Joomla 3.0 Templates - by Joomlage.com